Un poulailler dans sa cour

Poules-ChristineAvoir un poulailler dans sa cour fait partie intégrante de la tendance des agriculteurs urbains. L’agriculture urbaine se définit par la culture de plantes comestibles, d’élevage d’animaux en ville et parmi ceux-ci, se trouvent, les poules. Être propriétaire de poules, c’est l’opportunité d’avoir des œufs frais, de grandes qualités et de savoir ce qui se trouve dans notre assiette, puisque c’est nous qui les nourrissons. Évidemment, il y a quelques consignes à suivre, il faut d’abord s’assurer de leur bien-être et faire en sorte qu’elles demeurent en santé. Ces petites bêtes demandent une présence quotidienne, ce qui peut parfois être contraignant, mieux vaut en être conscient. Sachez cependant, que vous en retirerez  une grande fierté et qu’elles vous le rendront au centuple. Avoir des poules ce n’est pas plus complexe que de faire pousser des légumes dans son potager, il faut seulement garder en tête que ce sont des êtres vivants sous notre responsabilité, au même titre qu’un chat ou un chien.

Achat :

L’achat des poules pondeuses se fait auprès de fournisseurs spécialisés dans les animaux d’élevages ou animaux familiers, de coopératives agricoles et de certains couvoirs. Une poulette prête à pondre (19 semaines et plus) se vend aux alentours de 10$.

Pas besoin de coq :

Pour avoir des œufs frais nul besoin de coq. La poule pond dès sa maturité sexuelle, la présence du coq n’est nécessaire que pour avoir des poussins. Ainsi oubliez ce compagnon bruyant qui risque de réveiller vos voisins tôt le matin et de devenir une source de conflit.

Combien de poules :

Une poule pond en moyenne 1 œuf par jour ou au deux jours. Deux poules combleront amplement les besoins d’une petite famille de 4 personnes. Vous en aurez même à donner.

Emplacement du poulailler :

Les poules doivent avoir un abri afin de les protéger contre les mouffettes, rats, ratons laveurs et animaux domestiques du voisinage qui pourraient les attaquer, manger leur nourriture ou même leurs œufs. Il faut aussi veiller à ce qu’elles aient suffisamment de place pour leur bien-être. L’abri intérieur doit avoir un minimum de 0,2 m2 à 1 m2 par poule et l’enclos extérieur de 0,3 m2 à 0,6 m2 par oiseau pour leur permettre de se dégourdir les pattes. Les poules ont besoin d’un endroit à l’ombre lorsqu’il fait chaud. L’ennemi numéro 1 de nos copines est le vent et l’ennemi numéro 2, l’humidité, c’est deux facteurs sont très importants pour bien situé l’emplacement du poulailler. L’ajout de perchoirs est aussi apprécié par nos poules, puisqu’ils leur permettent de changer de position et leur donnent de l’espace supplémentaire.

Il est possible de se procurer sur le marché (coopérative agricole, jardinerie) des petits poulaillers préfabriqués avec abri fermé et enclos grillagé. Cependant on recommande de s’assurer qu’ils soient assez grands car certains sont trop petits même pour deux ou trois poules.

Entretien et précautions :

Les poules ne nécessitent pas beaucoup d’entretien mais il doit être quotidien. À l’intérieur du poulailler, utilisez du petit gravier pour couvrir le sol. Celui-ci facilite le nettoyage, il ne suffit qu’à racler l’enclos. Vous pourrez de cette façon éviter l’humidité, puisque l’eau pourra s’égoutter et pénétrer dans le sol, de plus, celui-ci apporte un apport en minéraux à vos poules. Par contre, l’endroit où mesdames iront pondre, pourra être rempli de copeaux de bois ou de pailles que vous pourrez changer à chaque semaine.  Vérifiez, nettoyez et remplissez l’abreuvoir et la mangeoire si nécessaire. La propreté du poulailler et de l’enclos est essentielle pour éviter la propagation des maladies.

Les œufs doivent être ramassés à chaque jour, lavés et séchés. Les œufs peuvent se détériorer rapidement par temps chaud ou par temps froid.

Les poules ont tendance à se becqueter entre elles ce qui peut occasionner des blessures. Ceci peut être diminué en leur donnant plus d’espace et en changeant leur litière. Sachez qu’il se vend des répulsifs, si cela ne suffit pas, en vente chez les vétérinaires et coops. Si vous avez de jeunes enfants soyez vigilants s’ils sont près des poules. Elles peuvent aussi les becqueter (ou picorer) pour se défendre ou par curiosité.

Enseignez aux enfants à approcher les poules avec délicatesse. Il faut éviter de trop les cajoler. Celles-ci ne répugnent pas quelques caresses, au contraire, vous verrez qu’elles peuvent se montrer très affectueuses. Cependant lorsque nous les flattons trop fréquemment, nous enlevons l’huile naturelle qui se trouve sur leur plumage et ainsi, les exposons au froid et à l’humidité. Le lavage des mains est aussi essentiel après avoir touché les poules ou être allé dans leur espace.

Alimentation :

Même si les poules aiment bien certains restes de tables comestibles tels que les fruits et les légumes, les croûtes de pain…, leur alimentation ne doit pas en être essentiellement constituée. Les familles des choux, ails et oignons sont à éviter et il est très important de ne jamais donner de viande à vos poules, ceci les incitera à se picorer entres elles et elles risquent même de s’entretuer. Elles aiment aussi se nourrir de mauvaises herbes, telles que le pissenlit, le trèfle etc. Vous pouvez également leur offrir quelques feuilles d’hosta ou autres plantes vivaces ou annuelles comestibles.

Les poules ne sont pas des composteurs on doit leur fournir une alimentation équilibrée avec un apport de moulée idéalement conçu pour poules pondeuses. L’achat de moulée pour poules pondeuses doit se faire auprès de fournisseurs spécialisés, les coopératives ou autres pourront vous en fournir.

En hiver :

Il est possible de garder ses poules en hiver si on isole un peu le poulailler. Il faut installer une lumière chauffante au-dessus de l’abreuvoir afin d’empêcher l’eau de geler et s’assurer qu’il soit toujours bien remplit.

Réglementation :

Toutes les municipalités ne permettent pas d’avoir des poules, assurez-vous de vérifier les règlements municipaux de votre localité. La réglementation concernant l’agriculture urbaine n’est pas toujours claire et est surtout appliquée lorsqu’une plainte est déposée par un citoyen. Certaines municipalités les tolèrent à condition qu’elles n’incommodent pas les voisins. C’est l’esprit du bon voisinage qui prédomine. Ainsi, respectez vos voisins en vous assurant que vos poules ne s’échappent pas et faites en sorte de réduire au minimum le bruit et les odeurs.

Publication :

Dix consignes – Producteurs d’œufs en milieu urbain publiée par la Fédération des producteurs d’œufs du Québec (FPOQ)

Liens Internet :

Avoir son poulailler en ville

Poulaillers urbains

Les erreurs à éviter avec un poulailler urbain

Craquer pour des poules

Des poules dans ma cour

Construire son propre poulailler

Élever des poules dans sa cour

Trousse d’information sur l’agriculture urbaine