BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2022
À VOUS ET À VOTRE FAMILLE
DE LA PART DES ADMINISTRATEURS ET DES ADMINISTRATRICES
ET DE TOUTE L’ÉQUIPE DU JARDIN DANIEL A. SÉGUIN !

AU PLAISIR DE VOUS REVOIR AU JARDIN !

Cardinal rouge mâle (Photo : Réal Voghel)

ÉDITORIAL
À VOL D’OISEAU

Avouons-le sans hésitation : les derniers jours ont été vraiment glaciaux pour nous tous! Ce froid intense nous a donné l’occasion de penser à nos petits amis qui fréquentent librement notre jardin, été comme hiver, printemps comme automne : les oiseaux.

Comment pouvons-nous aider les oiseaux pendant l’hiver ? Quoi leur donner à manger? Comment planifier le printemps (qui va finir par arriver, oui) ?

Ce numéro de notre infolettre portera donc sur nos amis à plumes. Nous avons demandé de l’aide à la personne parfaite : Régis Buteau. Passionné d’ornithologie et jardinier de l’ITAQ, Régis connaît très bien le Jardin Daniel A. Séguin.

Par la suite, nous présenterons un portrait de ce jardinier-ornithologue. D’ailleurs, nous tenons à le remercier chaleureusement pour son travail, son dévouement et sa passion.


JARDIN NATUR’AILE
RENDRE SON ARRIÈRE-COUR PLUS ACCUEILLANTE POUR LES OISEAUX SAUVAGES

Par Régis Buteau

Dans l’infolettre du mois d’août, les auteurs de l’article intitulé « L’horticulture à la rescousse de la biodiversité en milieu urbain » mentionnaient cinq actions concrètes que le jardinier en vous peut réaliser pour favoriser la biodiversité dans votre propre cour.

Toujours en lien avec le Parcours sur la biodiversité présenté cet été dans le Jardin français (voir plus précisément la station 2), nous vous invitons à privilégier le choix de plantes ornementales et indigènes ayant un attrait particulier pour les oiseaux. C’est un créneau à ne pas sous-estimer et à favoriser sans limites pour l’héritage aviaire de nos générations futures.

Dans l’infolettre du mois d’août, les auteurs de l’article intitulé « L’horticulture à la rescousse de la biodiversité en milieu urbain » mentionnaient cinq actions concrètes que le jardinier en vous peut réaliser pour favoriser la biodiversité dans votre propre cour.

Toujours en lien avec le Parcours sur la biodiversité présenté cet été dans le Jardin français (voir plus précisément la station 2), nous vous invitons à privilégier le choix de plantes ornementales et indigènes ayant un attrait particulier pour les oiseaux. C’est un créneau à ne pas sous-estimer et à favoriser sans limites pour l’héritage aviaire de nos générations futures.

Le BON CHOIX de végétaux
En effet, plusieurs végétaux ligneux et herbacés produisent des fleurs, des graines ou de petits fruits juteux, lesquels contribuent à attirer de nombreuses espèces d’oiseaux. Ainsi, ils permettent d’accroître la biodiversité de notre faune ailée en milieu urbain et périurbain.

La brochure Faites la cour aux oiseaux… (parue en plusieurs volumes; voir la liste de références ci-dessous) présente plusieurs tableaux portant sur les espèces végétales de choix pour attirer nos petits volatiles tout au long de l’année. Ces tableaux vous permettront de sélectionner les essences qui conviennent le mieux à votre projet et qui s’harmonisent parfaitement avec vos infrastructures.

Miser sur la VARIÉTÉ
Ainsi, en misant sur une variété de strates végétatives différentes (pelouse, plantes herbacées et grimpantes, arbustes, arbres feuillus et résineux), votre cour deviendra à coup sûr plus convoitée par l’avifaune régionale afin de se nourrir, s’abriter ou nicher. Cet étagement de la végétation, qu’on retrouve d’ailleurs dans plusieurs jardins thématiques du JDAS, procure un habitat de choix pour une faune aviaire riche et diversifiée.

 
Les BESOINS DE BASE
Bref, l’aménagement de votre cour devrait favoriser les quatre besoins essentiels ou fondamentaux des oiseaux, soit :
  1. la nourriture
  2. l’eau
  3. les abris contre les intempéries et les prédateurs
  4. des lieux de nidification appropriés et sécuritaires.

 

L’hiver, saison pour PLANIFIER
Par conséquent, la saison hivernale demeure idéale pour planifier pour le printemps prochain et/ou pour bonifier, par l’ajout de mangeoires, l’aménagement de votre propre petit sanctuaire pour nos amis emplumés.

Une NOURRITURE énergétique
L’hiver demeure effectivement une période de choix pour offrir à nos petits protégés ailés une nourriture d’appoint de qualité et à haute valeur énergétique. Pensons au tournesol noir, aux arachides écalées, au chardon, au carthame, au millet blanc et à l’alpiste, tout comme aux pains de suif avec arachides et vers à farine.

Le tournesol noir représente certainement la graine la plus polyvalente et la plus populaire dans les mangeoires, toutes espèces confondues. L’amande contient une teneur de 20 % en protéines et de 50 % en lipides; elle est consommée par plus de 42 espèces d’oiseaux.

Évitez les mélanges « tout usage », bon marché ou d’entrée de gamme, qui contiennent des graines peu consommées (p. ex. : le sorgho, le blé, l’avoine et le millet rouge). Ils seront délaissés et gaspillés par vos visiteurs. Achetez plutôt vos graines séparément et faites vos propres mélanges sans perte.

L’accès à de l’EAU
C’est sans oublier un accès à un point d’eau dégelée, par exemple un bain chauffant spécialement conçu à cet effet (oui, ça existe!). L’installation d’un tel poste d’alimentation jumelé à un point d’eau libre demeure une aide précieuse pour la survie de nos oiseaux en cette période de disette.

En effet, trouver de l’eau propre reste une difficulté journalière pour les différentes espèces aviaires, surtout en hiver, où elles doivent la plupart du temps se contenter de consommer de la neige pour boire. Cela entraîne par conséquent une importante perte de chaleur et une dépense énergétique supplémentaire en cette saison critique pour leur santé.

QUELQUES CRITÈRES
pour un modèle de mangeoire approprié

  • la durabilité
  • l’entreposage de la nourriture
  • la facilité de remplissage, de nettoyage et d’entretien
  • la quantité de nourriture contenue
  • le nombre d’oiseaux ou d’individus pouvant s’y nourrir à la fois
  • les espèces qu’on souhaite attirer
  • la visibilité et l’accessibilité de la nourriture.

 

Aidez la SCIENCE !
Pour terminer, vous pouvez participer au projet Feederwatch (www.feederWatch.org/fr), un programme de science citoyenne sur le dénombrement des oiseaux de mangeoires, développé par l’Université Cornell (État de New York) et géré par Oiseaux Canada. Il s’échelonne du 13 novembre 2021 au 30 avril 2022. En vous y inscrivant, vous recevrez une trousse comprenant une affiche couleur des principaux oiseaux de mangeoires, un magnifique calendrier avec les dates importantes, un guide du participant, un bon rabais pour l’achat de nourriture ainsi qu’un formulaire de prise de données de dénombrements pour votre poste d’alimentation.

Faites la cour aux oiseaux et découvrez quotidiennement, pour le plaisir de vos yeux et de vos oreilles, la diversité de ces petits visiteurs ailés, qui égayeront par leurs couleurs vives et leurs doux gazouillis votre propre environnement résidentiel et votre quartier!

RÉFÉRENCES

  • CROTEAU, A. (1996). Jardiner pour les oiseaux, Éditions du Trécarré, 222 p.
  • DION, France et Dion, André. (2012). Les jardins d’oiseaux : aménager sa cour pour accueillir les oiseaux en toute saison, Éditions du Sommet, 163 p.
  • FONDATION DE LA FAUNE DU QUÉBEC. (2001). Faites la cour aux oiseaux… (vol. 2-4). https://fondationdelafaune.qc.ca/ressources/guides-pratiques
  • ST-GEORGES, M. et VENNE-FORCIONE, L. (1999). Guide d’aménagement des espaces verts urbains pour les oiseaux, Fondation de la faune du Québec, 134 p.

La Fondation de la faune du Québec offre plusieurs fascicules téléchargeables gratuitement : https://fondationdelafaune.qc.ca/ressources/guides-pratiques



PORTRAIT D’HORTICULTEUR

Régis Buteau, le jardinier-ornithologue

Régis Buteau est passionné d’ornithologie depuis sa tendre enfance. Puis, il découvre une seconde passion : les plantes, en particulier les végétaux qui attirent son oiseau fétiche, le colibri à gorge rubis (Archilochus colubris).

Formation
Diplômé en horticulture ornementale en 1993 avec mention spéciale honneur au mérite de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme, Régis complète sa formation professionnelle avec de nombreux cours de perfectionnement en formation continue à l’Institut de technologie agroalimentaire (Campus de Saint-Hyacinthe), à l’Institut québécois de développement de l’horticulture ornementale (IQDHO) ainsi qu’au Jardin botanique de Montréal (Espace pour la vie).

Expériences professionnelles
Cumulant 25 années d’expérience en tant que conseiller horticole en jardinerie (Les Serres Rosaire Pion & Fils et Pépinière Abbotsford), Régis occupe depuis 2017 un poste de jardinier-horticulteur à l’ITAQ de Saint-Hyacinthe.

Engagement
Au fil des ans, il a été :

  • membre de nombreux clubs d’ornithologues amateurs à travers la province, dont celui de la Société d’ornithologie de la Vallée du Richelieu (actuellement); 
  • membre du CA de la Fondation en horticulture ornementale de l’ITA, campus de Saint-Hyacinthe (2008 à 2011); 
  • membre du CA de la Société d’horticulture de Saint-Hyacinthe (2006 à 2011), où il a agi comme personne-ressource en matière d’information horticole lors des soirées-conférences mensuelles; 
  • organisateur des matinées-conférences sur la propagation des plantes, avec la collaboration des étudiant(e)s de l’ITA et de leur professeur, Claude Vallée, agronome;
  • administrateur et vice-président trésorier de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie. 

Son expertise l’amènera à superviser des projets agroforestiers et de conservation sur le site écotouristique de Chouette-à-voir!, situé à Saint-Jude, dont l’implantation de haies brise-vent pour la faune, la revégétalisation d’une section de bande riveraine ainsi que l’installation de près de 40 nichoirs pour la conservation du merlebleu de l’Est (Sialia sialis) et de l’hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor).

Distinctions
En 2009, Régis a reçu de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP) la distinction de Personnalité bénévole de l’année :« L’UQROP reconnaît le soutien apporté par M. Buteau pour son engagement à la planification de haies brise-vent sur le site de Chouette-à-voir! Nous saluons aussi ses efforts à faire connaître notre œuvre dans son réseau du monde horticole. Membre important du conseil d’administration, Régis a également à cœur la mise en valeur de Chouette-à voir! à Saint-Jude. Au fil des ans, il contribue au travail de réhabilitation de l’UQROP. » 

En 2015, Régis a reçu une mention d’honneur du Jardin Daniel A. Séguin pour sa contribution significative à l’essor du parc floral. Il a remporté le 1er prix du concours de photos soulignant en 2020 le jubilé d’argent du Jardin DAS. 

Collaboration
Photographe à ses heures et écrivain dans l’âme, Régis a collaboré avec son fils Olivier à l’édition de 2012 du livre Les jardins d’oiseaux de France et André Dion.

 

AIDEZ-NOUS À BÂTIR UNE REMISE HAUTEMENT EFFICACE
pour le Jardin Daniel A. Séguin ! Comment faire ? Simplement en votant !

Le Jardin Daniel A. Séguin a déposé une demande de financement de 20 000 $ auprès du programme de Bourses d’initiative en entrepreneuriat collectif (BIEC) pour la construction d’une remise à côté de notre chapiteau.

L’idée est de bâtir un cabanon de 20 pi x 20 pi qui nous permettrait d’entreposer toutes nos tables, chaises et autre matériel dans ce même endroit, près du chapiteau, pour gagner en efficacité, surtout dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.

Pour augmenter nos chances de remporter ce financement, vous pouvez faire votre part en allant simplement voter pour notre projet, dès maintenant : https://monteregie.quebec/biec/une-remise-hautement-efficace-pour-le-jardin-daniel-a-seguin-4027. C’est vraiment facile et rapide! Du 10 au 24 janvier, cliquez sur « Je vote ». La seule chose qui vous sera demandée est votre courriel. Un seul vote par personne.

SVP, afin de nous aider à maximiser nos chances de remporter ce financement, veuillez partager ce message et en faire la promotion auprès de votre réseau et sur les réseaux sociaux. Vous trouverez également en pièce jointe un document avec des photos et de courtes descriptions. Une image vaut mille mots! Vous pouvez également partager les publications de la page Facebook du Jardin et celles de la page personnelle de la directrice générale Nancy Rossi.

Aidez la Fondation à assurer la pérennité du Jardin Daniel A. Séguin.
Merci beaucoup de votre vote!

Pourquoi est-il si important pour le Jardin Daniel A. Séguin de bâtir une nouvelle remise ?

Grâce à un gain d’efficacité sur le plan de la logistique, nos équipes seront plus à l’aise pour préparer le terrain de nos évènements privés et publics. Notre idée est de développer le créneau du marché corporatif pendant les jours de semaine, question d’attirer encore plus de visiteurs et visiteuses à Saint-Hyacinthe. Nous pourrions entre autres travailler avec d’autres commerces locaux (ex. : traiteurs, fournisseurs de systèmes sonores, DJ).

LA PÉRIODE DE VOTE S’ÉCHELONNE DU 10 AU 24 JANVIER.
VOTEZ MAINTENANT !